Sunday, September 22, 2019
1auteur.com

Bien s’organiser pour écrire !

Écrire un livre, c’est une ambition qui vous turlupine jour et nuit ; elle vous obsède même… Cette envie ne vous…

Par L'écrivain ,dans conseils rédaction , le mai 31, 2019

Écrire un livre, c’est une ambition qui vous turlupine jour et nuit ; elle vous obsède même… Cette envie ne vous quitte plus. Et, pourtant vous hésitez ; vous ne savez pas comment commencer et vous renvoyez votre passage à l’acte aux calendes grecques.

Mais comment écrire un livre ? Existe-t-il une recette miracle qui nous aiderait à réussir ce pari, à mettre noir sur blanc ce rêve, à le concrétiser ?

Peut-être que les petits conseils que nous allons vous proposer pourront vous aider à vous installer dans cette routine d’écrire.

  • Savoir de quoi vous allez parler !

Ce conseil pourrait vous étonner et vous allez rétorquer que c’est l’évidence même ! Et pourtant, c’est la première question que vous devriez vous poser : De quoi vous allez parler ? Quel est le sujet qui vous motive, qui vous fait vibrer ?

Ensuite, chassez vos doutes, vos craintes du genre : « cela n’intéressera personne »

Honnêtement, comment vous arrivez à le savoir alors que vous n’avez rien entrepris, sauf si vous êtes un devin. Et puis, dans le fond, gardez surtout à l’esprit que ce qui est essentiel, c’est le plaisir d’écrire. Et là, vous êtes seul juge et personne d’autre ne peut le juger à votre place, même pas un comité de lecture.

  • Mettre la main à la pâte !

Cela peut vous paraître étrange aussi. Nonobstant votre réticence, on peut affirmer qu’écrire ressemble un tant soit peu à la natation ou à la bicyclette. À un certain moment, on ne pose plus de questions, on se jette à l’eau, on fonce ! Vous devriez donc vous mettre devant votre PC, ou votre bloc-notes et commencer à écrire, mais si vous ne savez pas encore sur quoi vous allez écrire.

Peu à peu ce que vous allez écrire va se développer devant vous, s’enchaîner, naître.

Et surtout, évitez de vous auto censurer ! Écrivez en évitant de vous sentir emprisonné par le supposé regard de l’autre. Parce qu’en fait ce que vous écrivez n’est pas un spot de réclame, ni un bouquin de savoir-vivre…

Par exemple, vous pouvez écrire chaque soir pendant une heure. Peu importe ce que vous scribouillez au début, il faut juste prendre l’habitude, et peu à peu vous serez plus à l’aise. Vous pouvez aussi tenir un blogue sur un thème que vous affectionnez, et écrire de manière assidue.

Ou alors ayez toujours avec vous de quoi écrire et à chaque fois que vous vous sentirez inspiré, prenez votre carnet et écrivez. Mieux vaut des petites esquisses, des petites ébauches qu’une page vide qui vous nargue.

  • S’installer dans une routine !

Voilà, vous avez terminé la rédaction de nombreuses pages et vous en êtes très content ! Mais, ce peut n’être également qu’une action sans lendemain. Il se peut que vous n’arriviez plus à vous remettre à l’écriture. En effet, après des moments d’exaltation, vous avez l’impression aujourd’hui que ce que vous avez écrit il y a une semaine, ou un mois est tout à fait insignifiant. Sans saveur.

Mais ne vous affolez pas, c’est que juste vous n’avez pas installé une habitude. Essayez donc de vous organiser afin de vous mettre au travail, à heure fixe. Fixez-vous des objectifs. Par exemple, écrire chaque jour un texte de 400 mots minimum !

Ensuite, essayez de vous créer un environnement propice à la création, où vous vous sentirez bien, qui vous servira de refuge pour écrire votre histoire. Que ce soit chez vous ou ailleurs, l’essentiel est que cela vous donne du plaisir, que vous vous sentiez totalement à l’abri de toute intrusion.

À ce sujet, quand vous vous mettez à écrire, déconnectez votre smartphone et ignorez le courriel qui vous choit dessus comme à Gravelotte.

Après tout, rien ne presse et vous pourrez reprendre vos activités habituelles après vos travaux d’écriture.

 

  • Attendre pour se relire !

Vous devez prendre du recul avant de vous relire. Nous sommes tous animés par cette tentation de relire immédiatement ce qu’on a écrit et de commencer une interminable correction. Cela pourra vous dégoûter et même vous décourager. Nous pourrons dire d’ores et déjà que c’est la meilleure façon de ne pas progresser, de faire du sur-place à force de réécrire le même chapitre.

En fait, il est plutôt déconseillé de relire avec la volonté de tout retoucher. Du moins en cours de route ! Terminez votre bouquin et une fois le travail fini, alors, vous pouvez le relire en entier, et si vous jugez que c’est mauvais, n’hésitez pas à écrire une autre version. Il faut juste se préparer psychologiquement et ne pas craindre de tout recommencer.

Généralement, la première version est imparfaite. Dans ce cas, vous avez le choix entre rafistoler le texte, ou bien tout jeter et en fabriquer un autre. Nous vous conseillons d’opter pour la seconde solution.

  • Faites appel à un relecteur attitré !

Mais pour échapper à ce dilemme déjà évoqué là-haut, il serait plus judicieux de demander l’avis de quelqu’un d’autre. Il faut avouer qu’en tant qu’auteur, on ne peut pas juger objectivement la qualité de ce qu’on a écrit.

Un passage peut nous sublimer et nous jugeons qu’il est admirablement écrit, alors qu’un autre nous paraît très quelconque ou parfaitement banal. Quelqu’un d’autre pourrait avoir une opinion totalement opposée. Il serait dommage que vous n’en teniez pas compte !

Où trouver ce relecteur ? Il peut être quelqu’un qui appartienne à votre entourage direct, quelqu’un en qui vous avez confiance et qui n’a pas froid aux yeux pour exprimer clairement et objectivement son opinion.

Vous pouvez demander aussi l’avis quelqu’un qui ne fait pas partie de votre entourage direct, que vous rencontrez régulièrement et avec lequel vous vous sentez à l’aise en lui parlant de votre livre.

Mais un autre conseil, essayez d’éviter les groupes Facebook qui se présentent comme : les auteurs anonymes et qui le demeureront toujours.

Bien évidemment, il y a d’autres astuces, d’autres manières de s’organiser pour écrire. Par exemple recourir à un logiciel d’écriture qui pourra vous aider à vous structurer.

On pourrait vous conseiller de continuer à lire des livres en rapport avec votre sujet. Et même si le temps vous manque, faites un effort pour consacrer une heure ou deux à lire d’autres textes, cela pourra enrichir vos connaissances, vous fera découvrir d’autres outils d’écriture et affiner votre style. Il ne s’agit pas, bien évidemment de faire du plagiat.

En guise de conclusion

Quand on écrit on est seul, mais cela ne doit en aucun cas vous empêcher de tirer profit du soutien que votre entourage pourra vous procurer. D’un autre côté, essayez d’être proactif en faisant connaître ce que vous avez rédigé. Il y a à coup sûr, quelque part, un lecteur qui trouvera passionnant ce que vous avez écrit. Pourquoi l’en priver, alors !